"J'ai une idée d'interview..."

Publié le par Jul

Il y a des moments où plein de bons films sortent en même temps au cinéma, et on se dit qu’on n’aura jamais le temps de les voir tous (c’était le cas au début de l’année) ; puis tout à coup il n’y a plus que des navets, avec ce formidable talent de leur donner le nom tellement plus attirant de « succès commercial » (c’est le cas actuellement).

 

Enfin, quand je dis qu’il n’y a que des navets, j’admets qu’il y a aussi des exceptions, et puis comme j’ai fini de pousser mon coup de gueule contre les films pourris qui ont un public, je vais vous parler d’un film qui est sorti il y a un peu plus d’un mois et n’est plus diffusé que dans une seule salle parisienne. (Et puis comme certains me prennent pour une fashion addict sans cervelle ça me permettra aussi de dire que je ne suis pas plus con qu’eux, et que de toutes façons je m’en fous). Donc, pour rentrer dans le vif du sujet …





… "Frost/Nixon" est le genre de film qui, on ne sait pas comment, évite toutes les longueurs alors même qu’il s’agit d’un duel psychologique, et dont on ressort littéralement stupéfait. Comme chacun sait, Nixon démissionna en 1974 après le Watergate ; il se contenta d’une annonce officielle à la télé, mais aucun mot ni aucune excuse sur les raisons de sa démission. Au même moment, un play-boy anglais appelé Frost au sourire trop grand pour être naturel, animateur d’un show hyper populaire, regarde les adieux et reste frappé par l’attitude du président. Il se met alors en tête l’idée irréalisable d’obtenir de Nixon les aveux que toute l’Amérique attend de lui : reconnaître le scandale du Watergate et les crimes de ses années au pouvoir (Vietnam, Cambodge).

 

Trois ans plus tard, Richard Nixon et David Frost sont donc face à face, engagés dans un rapport de forces psychologique et verbal en quatre interviews filmées, dont un seul peut sortir vainqueur. Le premier est trop solitaire pour être un bon président. Le deuxième, plus personne ne croit en lui, ni les sponsors ni certains amis, ce qui ne l’empêchera pas de se révéler bien plus tenace qu’on ne pourrait imaginer l’être un animateur de télévision. Mais derrière son sourire trop large et son manque de répartie, Frost le play-boy va laisser la place à un journaliste très doué qui ira jusqu’à faire dire à son adversaire « Un acte du président ne peut pas être illégal … mais je suis le seul de cet avis ». Il n'empêche qu'on imagine bien ce qu'a pu être cette rencontre pour les Américains, qui remplace le procès auquel ils n'ont pas eu droit.






Réalisé par Ron Howard et écrit par Peter Morgan, le film fait s’opposer les deux hommes comme dans une pièce de théâtre, ou mieux encore comme deux gladiateurs dont les armes sont les mots et l’esprit. Deux personnages aux caractères tellement opposés que Nixon dira : « Vous auriez dû être politicien et moi journaliste, Frost ! ». D’un point de vue historique, on dira qu’on ne colle pas exactement à la réalité, mais Morgan expliquait en août 2006 au "Guardian" : « Tous ceux à qui j’ai parlé m’ont donné leur propre version de l’histoire. Même celle des gens présents dans la salle pendant les interviews différaient. Il n’y a pas une vérité unique sur ce qui s’est passé […]. Je me suis donc senti tout à fait à l’aise pour faire appel à mon imagination. ».

 

Et pour parler du film, qui est selon moi le meilleur de l’année à ce jour (et pourrait bien le rester jusqu’au 31 décembre), il est interprété par Frank Langella et Michael Sheen qui se sont débrouillés pour le rendre à l’image de leurs rôles : il a la séduction de l’un et la force de l’autre.






Bande-annonce du film :


 

 


Publié dans Cinéma

Commenter cet article

Publik'Art 11/05/2009 14:00

roooooo, mais qui a bien pu te prendre pour une fashion addict sans cervelle?!

Jul 11/05/2009 18:17


ça c'est du compliment, merci Gaël ... :)